Plaines et vallons, au loin s’étalent,

Souvenirs ou visions,

L’orme est là, fidèle et majestueux,

Égayant le paysage,

La contrée semble sans fin.

Est-ce un mirage,

Tant de beauté, tout est en vie.

Les fleurs, les prés, les animaux,

N’ont de souci pour le curieux

Ils vaquent à leurs occupations.

La simplicité, mais la beauté,

La paix, sans l’oisiveté,

La vie avec son cortège d’activités,

Une fenêtre ouverte sur ce monde révolu!

Époque victorienne, no.151